• ♥ Messages texte ♥

     

     

     

    Le potier

     

    C'est moi l'artiste, dit Dieu
    Tu es mon vase d'argile ! C'est moi qui t'ai modelé, façonné
    Une merveille au creux de ma main
    Tu n’es pas encore achevé
    Tu es en train de prendre la "forme" de mon Fils.
    Voici que tu te désoles et que tu désespères
    Parce que tu as pris quelques fêlures au contact des autres.
    Tu t'es heurté, tu as été ébréché
    Tu as même pu tomber par terre
    Te briser et tomber en mille morceaux
    Fêlures, éraflures, lézardes, brisures, cassures, ratures...
    N'oublie pas, c'est ta condition de vase.

    Si je t'avais rangé dans un placard à vaisselle
    Tu ne connaîtrais pas ces heurts de la vie
    Mais tu ne servirais à rien ni à personne
    Tu serais un vase inutile !
    Moi, dit Dieu, j'aime les vieux vases, un peu usés, un peu ébréchés.
    Ils ont toute une histoire !
    Et toi, tu voudrais être lisse comme un nouveau-né ?
    Je te connais, ô toi que j'ai façonné, pétri avec tant d'amour
    Je ne voudrais pas que tu te désoles de tes ratés
    Tu es fait de boue et de lumière Tu es fait pour servir !
    A ne regarder que tes failles, tes faiblesses et tes chutes
    Tu te centres encore trop sur toi-même
    Et tu restes prisonnier de tes failles !

    C'est moi l'Artiste et je m'y connais dans l'art de reprendre un vase.
    Laisse-toi faire !
    Avec mes doigts d’artiste, j'arrive toujours
    À rendre plus beau ce qui n'était que fêlure, brisure, cassure.
    Je suis l’Esprit Créateur, ne l'oublie pas.
    Je crée ! Je mets la vie ! Je donne le souffle !
    Je suis l’Artiste ! C'est moi qui moule, qui pétris, qui donne la "forme"
    Toi, mon vase d'argile,
    Viens te glisser au creux de mes mains paternelles et maternelles
    Laisse-toi pétrir entre mes doigts d'artiste.
    Abandonne-toi longuement à mon travail de potier.
    Expose-moi tes fêlures, tes brisures, tes cassures !
    J'aime faire du neuf, j'aime te regarder
    Voici que je te réchauffe, ô toi mon argile
    A force de te pétrir, je te communique ma chaleur, ma sueur,
    Mon souffle, mon intimité, ma chaude tendresse.

    C'est moi l'Artiste Viens et n'aie plus peur
    Chaque fois que tu retombes dans ces fautes
    Que tu ne voudrais pas commettre
    Je te dis : Le pardon est là !
    Viens et continuons ensemble
    J’aime te regarder,
    Voir les efforts que tu fais et tout le mal que tu te donnes.
    J'en éprouve grande joie et tu réjouis mon cœur
    Je vois combien tu te transformes.
    A l'abri de tes regards Je te modèle
    A l'image du Fils bien-Aimé

    Tout ce que je te demande
    C'est de venir toujours et à nouveau Après chaque chute
    Entre mes mains Pour me donner la joie de te remodeler.
    Allons, n'aie pas peur
    C'est moi l'Artiste.

     

    Alfred Bour

  •  

    Prépare-toi à la rencontre de ton Dieu, ô Israël

    Prépare-toi à la rencontre de ton Dieu, ô Israël. »

    Amos 4 :12

    Es-tu déjà préparé(e) pour cette rencontre ? La mise en garde d’être préparée implique la possibilité de ne pas être en cours de préparation. Et par qui est donné cet avertissement ? Par Dieu lui-même. Il nous appartient donc de prendre cet avertissement très au sérieux. Crois-tu que si tu es mis devant ce juge glorieux maintenant même, tu peux entendre Dieu dire à ton sujet ; « Bon et fidèle serviteur, rentre dans la joie de ton maitre. » ?  Si nous ne sommes pas prêts pour ce grand retour, c’est-à-dire lavé et sanctifié par le sang de Jésus, nous ne pourrions pas tenir dans sa sainte présence. En effet, nous devons être purifié par le Sang de Jésus avant que nous puissions nous présenter devant sa pureté infinie. Notre âme doit être née de nouveau de l’Esprit Saint avant de pouvoir entrer au ciel ! As-tu été transformé(e) par le Saint-Esprit depuis ta conversion ; es-tu réellement converti(e) ? Rappelons-nous, sans la sainteté nul ne verra Dieu. Si pendant que tu lis cet article tu te dis être prêt(e), prie pour la grâce de demeurer prêt car la Bible dit que “Que celui qui croit être debout prenne garde de tomber !” (1 Cor. 10 : 12). Si pendant que tu lis cet article tu te dis ne pas être prêt(e), repends-toi et implore la faveur de Dieu sur ta vie.

    « Que celui qui est injuste soit encore injuste, que celui qui est souillé se souille encore ; et que le juste pratique encore la justice, et que celui qui est saint se sanctifie encore. Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon ce qu’est son œuvre.” (Apocalypse 22 : 11-12)

    Prépare-toi à la rencontre de ton Dieu, ô toi qui a lui cet article

     

    by partageonslaparole

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

      Jean 13:1-15

    Jean 13:1-15 

    13 Avant la fête de Pâque, Jésus, sachant que son heure était venue de passer de ce monde au Père, et ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, mit le comble à son amour pour eux.

    Pendant le souper, lorsque le diable avait déjà inspiré au coeur de Judas Iscariot, fils de Simon, le dessein de le livrer,

    Jésus, qui savait que le Père avait remis toutes choses entre ses mains, qu'il était venu de Dieu, et qu'il s'en allait à Dieu,

    se leva de table, ôta ses vêtements, et prit un linge, dont il se ceignit.

    Ensuite il versa de l'eau dans un bassin, et il se mit à laver les pieds des disciples, et à les essuyer avec le linge dont il était ceint.

    Il vint donc à Simon Pierre; et Pierre lui dit: Toi, Seigneur, tu me laves les pieds!

    Jésus lui répondit: Ce que je fais, tu ne le comprends pas maintenant, mais tu le comprendras bientôt.

    Pierre lui dit: Non, jamais tu ne me laveras les pieds. Jésus lui répondit: Si je ne te lave, tu n'auras point de part avec moi.

    Simon Pierre lui dit: Seigneur, non seulement les pieds, mais encore les mains et la tête.

    10 Jésus lui dit: Celui qui est lavé n'a besoin que de se laver les pieds pour être entièrement pur; et vous êtes purs, mais non pas tous.

    11 Car il connaissait celui qui le livrait; c'est pourquoi il dit: Vous n'êtes pas tous purs.

    12 Après qu'il leur eut lavé les pieds, et qu'il eut pris ses vêtements, il se remit à table, et leur dit: Comprenez-vous ce que je vous ai fait?

    13 Vous m'appelez Maître et Seigneur; et vous dites bien, car je le suis.

    14 Si donc je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous devez aussi vous laver les pieds les uns aux autres;

    15 car je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je vous ai fait.

     

    13 Avant la fête de Pâque, Jésus, sachant que son heure était venue de passer de ce monde au Père, et ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, mit le comble à son amour pour eux.

    Pendant le souper, lorsque le diable avait déjà inspiré au coeur de Judas Iscariot, fils de Simon, le dessein de le livrer,

    Jésus, qui savait que le Père avait remis toutes choses entre ses mains, qu'il était venu de Dieu, et qu'il s'en allait à Dieu,

    se leva de table, ôta ses vêtements, et prit un linge, dont il se ceignit.

    Ensuite il versa de l'eau dans un bassin, et il se mit à laver les pieds des disciples, et à les essuyer avec le linge dont il était ceint.

    Il vint donc à Simon Pierre; et Pierre lui dit: Toi, Seigneur, tu me laves les pieds!

    Jésus lui répondit: Ce que je fais, tu ne le comprends pas maintenant, mais tu le comprendras bientôt.

    Pierre lui dit: Non, jamais tu ne me laveras les pieds. Jésus lui répondit: Si je ne te lave, tu n'auras point de part avec moi.

    Simon Pierre lui dit: Seigneur, non seulement les pieds, mais encore les mains et la tête.

    10 Jésus lui dit: Celui qui est lavé n'a besoin que de se laver les pieds pour être entièrement pur; et vous êtes purs, mais non pas tous.

    11 Car il connaissait celui qui le livrait; c'est pourquoi il dit: Vous n'êtes pas tous purs.

    12 Après qu'il leur eut lavé les pieds, et qu'il eut pris ses vêtements, il se remit à table, et leur dit: Comprenez-vous ce que je vous ai fait?

    13 Vous m'appelez Maître et Seigneur; et vous dites bien, car je le suis.

    14 Si donc je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous devez aussi vous laver les pieds les uns aux autres;

    15 car je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je vous ai fait.



     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    La Puissance De Résurrection

    La Puissance De Résurrection

    Par Gary Wilkerson  


    “Car si les morts ne ressuscitent point, Christ non plus n’est pas ressuscité. Et si Christ n’est pas ressuscité, votre foi est vaine, vous êtes encore dans vos péchés, et par conséquent aussi ceux qui sont morts en Christ sont perdus. Si c’est dans cette vie seulement que nous espérons en Christ, nous sommes les plus malheureux de tous les hommes” (1 Corinthiens 15:16-19).

    En tant qu’adolescent, j’ai eu des doutes au sujet de Dieu et j’ai commencé à me tourner vers d’autres religions. A un moment donné, j’ai trouvé la foi Baha’i attirante parce qu’elle dit en gros que toutes les religions sont vraies et que toutes les routes de foi mènent au paradis. Mais j’ai ensuite lu le grand auteur chrétien C.S. Lewis qui a corrigé ma façon de penser un peu bancale. Il a écrit que tout le christianisme repose sur une question : existe-t-il oui ou non une résurrection ?

    Si nous ne pouvons pas répondre oui à ceci, alors peu importe qu’il ait bien existé une arche de Noé au sens littéral, ou une création en six jours ou un véritable Jardin d’Eden. Si la résurrection de Christ n’a pas eu lieu, aucune de ces choses n’a d’importance. Mais s’il y a bien eu résurrection, alors tout le reste devient possible. Lazare peut avoir été ressuscité des morts, les gens ont pu être guéris, le péché peut être ôté, le Ciel peut être une réalité. C’est la puissance de la résurrection – et elle nous donne quelque chose que Paul appelle notre bienheureuse espérance - “en attendant la bienheureuse espérance, et la manifestation de la gloire du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ” (Tite 2:13).

    Plus je lisais lorsque j’étais adolescent, plus je suis arrivé à une ferme conviction quant à ce qu’affirmaient les témoins qui avaient vu Jésus après Sa résurrection : “Ensuite, il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois, dont la plupart sont encore vivants, et dont quelques-uns sont morts” (1 Corinthiens 15:6). J’ai commencé à voir la résurrection pas seulement comme un événement de plus, mais comme le point culminant et l’achèvement de toute l’œuvre qu’a accompli pour nous la mort de Jésus. Et la bienheureuse espérance qui a été plantée en moi est devenue une source de vie pour chaque jour.

    Si nous ne proclamons pas la puissance de résurrection de Jésus dans notre vie de tous les jours, nous n’expérimenterons pas ce que Sa résurrection nous a acquis.



    Source de l'article

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique